Comprendre le référencement naturel ou SEO n’est pas évident à priori. Faisons un tour d’horizon des principes qui le régissent et de pourquoi vous devriez vous y intéresser en tant qu’entrepreneur !

Référencement naturel : définition

Pour bien planter le décor, commençons par cette définition fournie par B.Bathelot du site definitions-marketing :

“SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization et peut être défini comme l’art de positionner un site, une page web ou une application dans les premiers résultats naturels des moteurs de recherche. En français, le SEO est désigné par le terme de référencement naturel.”

En langue française, on le nommera aussi référencement naturel, référencement organique, référencement Google, référencement SEO ou encore référencement web ou internet

Un sacré choix !

Pourtant, tous ces vocables regroupent un seul et même concept, qui est de référencer un site sur le Net (principalement sur Google, puisqu’il s’agit du moteur de recherche le plus utilisé au monde, loin devant Bing, Yahoo ou Ecosia.

Bien… mais encore ?

Référencement SEO, c’est quoi au juste ? Explications

Une technique de marketing digital qui vise à améliorer le positionnement non-payant d’un site sur les moteurs de recherche. 

Le but est d’augmenter la visibilité des sites web, pour être trouvé sur un moteur de recherche à partir d’une requête donnée.

Un plombier pourra chercher à se positionner sur des requêtes telles que “fuites d’eau” ou “toilette qui fuit” (n’étant pas vraiment spécialiste en plomberie, j’ai cherché ces exemples sur le Net !) Un coiffeur, sur “coupes de cheveux courts pour homme” et ainsi de suite….

Vous comprenez le principe ?

L’essentiel est d’être trouvé sur des requêtes tapées par les internautes et pas uniquement en tapant le nom de votre marque, car à moins de s’appeler Ikea, vous devriez avoir un nombre plutôt limité de visites !

C’est Google et son moteur de recherche qui examinera et jugera de la qualité de votre site web : suivant un certain nombre de paramètres, il l’affichera dans l’une de ses pages de résultats (que l’on nomme les “SERPs”).

Et vous devinez facilement laquelle est la meilleure, n’est-ce pas ?

L’historique du référencement naturel

Référencement naturel SEO et ses dates-clé

L’histoire vous intéresse ?

Voici un récapitulatif des moments qui ont jalonné l’histoire du référencement organique et de la multinationale de Mountain View…

Parce que généralement, l’un ne va généralement pas sans l’autre !

Il est communément admis que le référencement a débuté au début des années 1990, lorsque le premier site internet a été lancé, avant de faire tache d’huile.

Les premiers moteurs de recherche ont suivi : en 1996, Sergey Brin et Larry Page lancent “BackRub”, qui sera enregistré sous le nom de “Google” en 1997.

A ses débuts, bien positionner un site sur le moteur de recherche était facile : il suffisait souvent d’introduire les bons mots-clés et d’inscrire le site sur les annuaires, et le tour était joué.

Mais la firme a petit à petit changé de politique et décidé de mettre en valeur les contenus les plus qualitatifs pour proposer aux utilisateurs des résultats ultra-pertinents.

Aujourd’hui, c’est une autre paire de manches : des centaines de modifications d’algorithmes ont été réalisées et le référencement a beaucoup évolué…

Avec les 1,86 milliard de sites Web en ligne, la concurrence est rude et il en faut bien plus pour voir son site bien placé dans les résultats : un travail de fond et sur la durée effectué par un nouveau métier apparu depuis lors ; celui de référenceur.

Quelques chiffres sur le SEO

Référencement naturel SEO et chiffres-clé

Pour mieux appréhender le domaine de l’optimisation pour les moteurs de recherche, quelques statistiques peuvent être utiles.

» A ce jour (2021), Google représentait un peu plus de 70 % de tout le trafic mondial de recherche sur ordinateur» La création de liens et un contenu de bonne qualité et sont les deux signaux les plus importants utilisés par Google pour classer votre site dans ses résultats»

» Deux tiers des spécialistes du marketing déclarent que la croissance de leur présence organique (non-sponsorisée) et l’amélioration du référencement et sont leur priorité en matière d’inbound marketing»

» 91% de toutes les pages ne reçoivent pas de trafic organique, lié notamment au fait qu’elles n’ont pas de backlinks

On le voit, le référencement sur Google a encore de beaux jours devant lui et est même en pleine croissance…

Mais toutes les méthodes de se référencer sont-elles semblables ? Non, puisqu’il faut distinguer ce que l’on nomme (à tort) le référencement “gratuit” du référencement “payant”.

Leurs différences en quelques lignes :

SEO versus SEA

Le référencement naturel (SEO) se distingue du référencement payant (SEA). Ce sont ces liens présentés avec la mention “Annonces”.

Ces pages web arrivent en premier lieu car elles ont investi en publicités Google Ads classiques, les Google local services Ads ou encore les Bing Ads.

Le SEO est une course de fond, pas un sprint (Neil Patel)

Il est vrai que le référencement est un travail chronophage.

Mais il s’avère également plus  “payant” dans une certaine mesure : les résultats perdurent alors que votre action publicitaire est terminée.

Le référencement naturel se distingue du référencement payant (SEA). Ce sont ces liens présentés avec la mention “Annonce”.

exemple d'annonce en référencement SEA

La page web ci-dessus arrive en premier lieu car elle a investi en publicités Google Ads ou Bing Ads.

Une étude a montré que les recherches aboutissant à un résultat payant (Pay Per Click) n’était en moyenne que de 2,5%, pour entre 40% et 60% de clics sur les résultats naturels, suivant le type d’appareil. 

L’auteur de l’étude tire la conclusion suivante :

“Le référencement naturel a environ 20 fois plus de possibilités de trafic que le PPC sur mobile et sur ordinateur” (source : Jumpshot/Moz)

Clics en SEA versus SEO

Autrement dit, se placer dans les résultats organiques (non payants) sur certaines requêtes est un investissement à long-terme qui vous attirera des visiteurs ciblés.

Voyez le comme un investissement sur la durée.

Comment fonctionne Google ?

Rassurez-vous, on ne va pas vous faire un cours complet sur le fonctionnement du moteur de recherche de Mountain view fonctionne… cela prendrait des jours !

Mais commençons par le fait que GG traite plus de 3,5 milliards de requêtes chaque jour, avec environ 95% d’utilisateurs.

Son objectif – déclaré, en tous cas – est “d’organiser l’information mondiale et de la rendre universellement accessible et utile”.

Tout cela pour dire que c’est le moteur à qui il faut chercher à plaire en priorité avec votre site…

Et pour son fonctionnement ? En résumé :

Le processus s’articule autour d’une base de données colossale, approvisionnée et constamment actualisée par un robot.

Ce “bot” balaie le web, découvre et répertorie les différentes pages se promenant ainsi d’une page à l’autre en remontant les liens présents dans chaque page.

Le géant de la recherche Internet intègre dans sa banque de données (son index) l’adresse des pages, les liens vers d’autres pages et les contenus de ces pages web.

Pour évaluer votre site,  il existe de nombreux facteurs pris en compte par algorithmes de Google. Les plus connus sont :

»  Les contenus figurant sur votre page : le moteur de recherche se sert de ces informations pour évaluer sa qualité 

»  Le volume de liens renvoyant vers votre page (et leur qualité !) : un grand nombre de liens qualitatifs signalent à Google que la page est une page de référence

»  Les Core Web Vitals : LCP,  FID, CLS… ces acronymes ne vous disent rien ? Il s’agit d’un ensemble de mesures utilisées pour évaluer les performances des sites Web tels que la vitesse de chargement, le poids du code HTML, le temps de réponse maximum du serveur… Depuis 2021, il est important d’être attentif à ce que ces critères techniques soient respectés.

Le référenceur va travailler ces différents critères afin d’amener votre site dans les meilleures positions et bonne nouvelle, Google fournit une série d’outils gratuits qui peuvent y contribuer.

En quoi le référencement naturel est-il essentiel ?

Savez-vous que la première page de résultats capte à elle seule 95 % des clics liés à une recherche…?

Or, le moyen par excellence de rendre une page présente sur de bonnes positions dans les résultats de recherche de Google ou autre moteur est de la travailler à l’aide de règles spécifiques.

Travailler son positionnement dans les SERPs est un moyen d’obtenir du trafic digital : les sites s’affichant en 1ere page (entre la 1ère et la 10ème ou 11ème position, environ) sont les plus visités, comme vous vous en doutez…

Et qui dit trafic, dit conversion, c’est-à-dire vente de produits ou de services !

Le SEO est dès lors une solution importante en Inbound Marketing : il est capital de faire en sorte qu’un site ne soit pas relégué trop loin dans les pages de résultats, au risque d’avoir une visibilité négligeable. Le référencement de site web y contribue.

Sur le Net, les internautes expriment un besoin et en plaçant votre site en bonne position pour leur fournir une réponse, vous augmentez les possibilités de convertir ce trafic en consommateurs de vos produits ou services.

Des consommateurs plus ciblés, puisque déjà en recherche…

Bon à savoir : ce n’est pas parce que vous trouvez votre site sur la première page de Google qu’il y est pour tout le monde !

En effet, les moteurs de recherche adaptent les résultats en fonction de la géolocalisation et de vos préférences de recherche. 

Autrement dit, ne vous fiez pas à votre propre recherche pour déterminer la position de votre site dans les SERP (résultats de recherche).

Les avantages principaux du SEO

Quelques éléments pour se convaincre de son importance et comprendre à côté de quoi vous passerez en cas de non-optimisation :

1. Le trafic sur votre site web est en mode continu et ce, quel que soit le moment, de jour comme de nuit. Une excellente manière de faire de la promotion passivement.

2. Le référencement est dit “gratuit” dans le sens où vous ne payez pas les moteurs de recherche via de la publicité payante pour apparaître. Plus lent à mettre en place, il est aussi plus durable.

3. Renforcement de votre notoriété : plus les internautes vous découvrent sur différentes requêtes lors de leurs recherches, plus vous apparaissez comme une source digne de confiance et améliorez votre image de marque. 

Maintenant que vous connaissez mieux les “plus” d’un bon positionnement de votre site, un coup d’œil aux inconvénients… parce qu’il faut bien en parler aussi !

Les inconvénients du référencement “gratuit” :

Par gratuit, on se comprend : on parle de celui qui s’oppose au référencement payant, c’est-à-dire le fait de payer pour des annonces sur Google.

Et il est vrai que ce dernier placera automatiquement votre site au sommet des résultats durant le temps de votre action promotionnelle.

1. La durée : comme désavantage, l’on peut penser au fait que celui-ci prend du temps à implémenter. Le référencement organique se fait sur la durée et ne produira pas de résultats significatifs immédiatement…

Bref, s’il vous faut un retour sur investissement très rapide, cette technique pourrait ne pas être adéquate.

2. Le budget est un autre point à prendre en compte, il vous demandera un investissement substantiel si vous êtes dans un domaine à forte concurrence.

En effet, il sera nécessaire de créer régulièrement du contenu optimisé et d’obtenir des liens vers votre site, souvent payants.

On l’a dit, le référencement n’est pas un outil de marketing digital complètement “gratuit”. Il vous faudra donc prévoir un certain budget pour ces actions, de même que pour la prestation du référenceur.

3. La garantie d’être en 1ère position : contrairement à ce que certaines agences peu scrupuleuses cherchent à vous faire croire, il est impossible de prévoir avec certitude que votre site se placera en 1ère page de Google (ou même en 1ère position).

Autrement dit, il n’y a pas d’assurance à 100% que vous figuriez dans les premiers résultats sur vos mots-clés cibles.

Néanmoins, c’est le travail de tout bon consultant que de vous conseiller à ce sujet, de vous dire si la concurrence est trop forte ou si c’est “jouable”, et de vous orienter vers une autre stratégie si besoin.

Maintenant que vous comprenez mieux les aléas du SEO, passons aux choses pratico-pratiques !

Le fonctionnement du référencement naturel

Dans votre recherche pour mieux comprendre le référencement organique, vous entendrez certainement parler des fameux piliers du SEO.

Il s’agit des leviers fondamentaux sur lesquels on travaille pour améliorer le classement des pages d’un site : l’aspect “technique”, l’aspect “contenus” et l’aspect “création de liens qui pointent vers votre site”.

On peut classer ces éléments dans deux catégories, que l’on nomme SEO on page et SEO off page, deux stratégies qui se complètent.

Jetons-y un oeil !

1. Le référencement “On-page”

Référencement SEO On page

Le terme SEO On-page fait référence à la pratique consistant à optimiser vos pages Web pour mieux se classer dans les résultats des moteurs de recherche.

En matière d’optimisation sur la page, on cherchera à améliorer les contenus textuels, les images présentes sur votre site, pour bien le positionner.

Généralement, et avant de procéder aux améliorations, un prestataire en référencement procède à une série de vérifications via un audit SEO et vérifie – entre autres – les points suivants :

L’indexation

Le fait que toutes les pages que vous désirez voir indexées le soient bel et bien. Une page non-indexée = une page invisible.

Le nom et la balise Alt de vos images

Le texte alternatif (Alt) est celui qui permet de décrire une image aux personnes qui ne peuvent pas la voir (utilisant un navigateur qui n’affiche pas certaines images, les malvoyants ou encore les robots) et contribue aussi au référencement. Il est donc essentiel de bien nommer vos images.

Les balises Title (les titres des pages)

Google attache une grande valeur aux mots figurant dans la balise méta de titre : il s’agira de rédiger avec soin toutes les balises titre de vos pages.

La structuration des balises Hn

Ces balises sont-elles correctement structurées dans votre rédaction ? Suivent-elles un ordre logique (H1, H2, H3,…) ?

Si vous n’êtes pas sûr de comment vous y prendre, découvrez-le dans cet article sur comment faire de bonnes ancres de liens pour votre SEO.

L’optimisation des mots-clé et le champ sémantique

On vous en a sûrement parlé à l’école (et vous ne vous en souvenez plus !), mais il s’agit ensemble de mots ou d’expressions-clés qui touchent à la même thématique. Un environnement de mots-clés qui servent à enrichir le vocabulaire d’un document.

La qualité et longueur de vos pages web

Un peu dans le même ordre d’idée, le référencement On page s’attachera à travailler la qualité de vos pages, facteur ayant bien évolué depuis le lancement d’internet…

Il s’agit aujourd’hui d’être ultra-pertinent sur le sujet, de le traiter suffisamment en détail.

Par la même occasion, le prestataire auquel vous aurez recours devra jeter un œil à la concurrence afin d’examiner et évaluer le nombre de mots idéal à produire.

Il s’agit de faire mieux !

Le temps de chargement

Pour un confort de navigation optimal, GG prend en compte le temps de chargement de vos pages. Pages lentes = mauvais signal.

PageSpeed, l’outil natif de Google, donne une idée de la taille des ressources HTML, du temps de réponse du serveur, de l’affichage en priorité du contenu visible, etc.

On l’a déjà dit : un critère important.

Le responsive design

Le site est-il adapté aux tablettes, téléphones ? Avec l’explosion du trafic sur mobile, le concevoir afin qu’il s’adapte  à tous types de supports est désormais une priorité.

Et le “Responsive Web Design” aura un impact grâce aux signaux positifs émis par le comportement satisfait des utilisateurs.

Le maillage interne

On parle ici de la structure des liens en interne, ceux présents sur votre page qui mènent à vos autres pages.

Les liens internes aident les robots des moteurs de recherche à mieux appréhender le contenu des autres pages, mais aussi les lecteurs à naviguer de manière cohérente d’une page à l’autre.

Si vous voulez découvrir de manière + exhaustive comment travailler votre “référencement sur pages”, lisez l’article en lien.

2. Le référencement “Off-page”

Référencement Off page

Hormis l’examen des contenus qui constituent votre site, un autre point important du référencement naturel est l’optimisation “Off-page”.

Ici, on parle de ce qui dirige vers votre site via le netlinking : par exemple, les liens faits par d’autres sites vers le vôtre, que l’on nommera backlinks ou liens-retour. 

On va examiner :

»  La qualité des liens créés : proviennent-ils de sites fiables et en lien avec votre thématique ?

»  La quantité des liens créés, leur fréquence, leur régularité

»  Le ratio Do follow / No follow : liens “suivis ou “non suivis”, dont la proportion doit idéalement respecter certaines règles

»  Les liens ancrés : texte visible dans les hyperliens

Enfin, les réseaux sociaux sont d’autres éléments de popularité importants : en amenant du trafic vers le site, ils contribuent au bon positionnement.

Les utilisez-vous adéquatement ?

Avant de jeter un œil à la suite, attardons-nous un moment sur la notion de “Pagerank”. Allez, encore un peu de théorie, courage !

Le “Pagerank” est le nom de l’algorithme d’autorité des liens de Google, assez similaire au “Pagescore” de chez Bing.

Il faut comprendre que ce PageRank ne considère pas tous les liens de la même manière. Un lien n’est pas égal à un autre : le degré d’autorité d’une page est pris en compte.

Un lien fait depuis une page de Pagerank 8, par exemple, sera un “vote” plus autoritaire que celui issu d’une page de Pagerank 4.

Et ce transfert de Pagerank entre pages est surnommé “jus de lien” ou Link juice. On va donc chercher à faire des liens plein de vitamines, c’est bon pour la santé de votre site…

3. L’expérience utilisateur (UX)

Une autre notion importante à connaître lorsque l’on découvre l’univers du référencement est l’UX.

Elle traduit la satisfaction d’un internaute lorsqu’il visite votre site web :

» Le trouve-t-il agréable ? Pratique ?

» Y trouve-t-il les informations demandées ?

» Le trouve-t-il suffisamment rapide ?

» A-t-il envie d’y rester, de parcourir d’autres pages ?

» Effectuent-ils les actions que vous avez conçues (exemple : achat ?)

» Le site est-il adapté aux visites via téléphones mobiles (responsive design) ?

Bonne question, mais comment le savoir ?

On se sert d’outils. L’un est Bing Analytics (pour le moteur de recherche Bing, comme vous vous en doutez) et l’autre est Google Analytics, qui vous donnera une foule d’informations gratuites pour votre SEO, comme expliqué dans cet article.

Le temps passé sur chaque page, le parcours que font les internautes sur votre site, le taux de rebond, sont des facteurs de satisfaction des utilisateurs influent eux aussi sur le placement de votre site dans les résultats.

Selon Backlinko, les sites Web avec un temps passé sur la page supérieur à la moyenne ont tendance à être positionnés plus haut dans les SERP. Pour ceux qui en doutent, cela prouve que les taux de rebond sont comptés comme un signal de classement.

D’après d’autres experts, ces facteurs que l’on nomme SXO (Search Xperience Optimization) pourraient arriver bientôt en tête du classement des critères de positionnement.

Quoi qu’il en soit, la consultation régulière de ces données est importante et permet d’améliorer l’expérience utilisateur en corrigeant ce qui ne marche pas.

Comment améliorer son SEO ?

La question à 1000 € !

Mais avant de chercher à travailler sur le positionnement de votre site dans Google, il est important de se poser les bonnes questions

Si vous n’avez pas les connaissances en la matière, vous allez certainement faire appel à une agence SEO ou un consultant.

Ce professionnel commencera – normalement – par vous proposer un audit de la situation, afin de pointer les éventuels problèmes techniques, les lacunes en matière de contenus, des balises méta, les liens à obtenir et évaluer la difficulté de la concurrence dans les résultats de recherche.

Mais que ferez-vous une fois ces informations obtenues ?

A ce stade, l’important est de se demander quel montant vous pouvez investir et si vous avez les connaissances ou moyens humains nécessaires pour mettre ces préconisations en place.

Lorsque l’on se pose la question sur le positionnement d’un site sur les moteurs de recherche, il faut garder en tête que des compétences spécifiques, du temps et un investissement seront nécessaires.

Mais commençons par l’audit…

1. L’audit

L'audit en référencement SEO

En matière de référencement de sites web, une première étape d’audit est nécessaire : le site sera étudié afin de définir les éventuelles failles à corriger pour une optimisation maximale, avec analyse des éléments suivants :

» Un bilan du contexte sémantique et des requêtes à cibler

» Une analyse de la concurrence

» Un examen technique du site, des contenus à créer, à améliorer

» Une analyse de la popularité du site (les liens qui pointent vers votre site)

Cette étape est importante car elle définit le travail à effectuer par la suite, ainsi que le budget à y allouer.

Vous pouvez bien entendu décider à ce stade de travailler seul à l’amélioration de votre positionnement et pour ce faire, suivez ces tips.

Mais si vous confiez le travail à l’agence ou le consultant qui a réalisé l’audit, il s’agira alors de passer à la mise en œuvre des mesures.

2. La mise en oeuvre de votre positionnement sur les moteurs de recherche

La mise en oeuvre du référencement SEO

 C’est maintenant que le travail de fond débute, durant lequel le professionnel va réaliser certaines actions.

» Les améliorations techniques : l’on vérifie que tous les éléments techniques soient en place pour assurer la bonne indexation

» Les contenus : A ce stade, l’on observe et corrige des contenus textes et images du site. Si nécessaire, on les optimise et on en crée de nouveaux (par exemple, via des articles de Blog bien sémantisés autour de votre thématique)

» La notoriété : en créant des liens vers votre site, on travaille à son autorité

» Le suivi : suivant la demande du client, l’on suit l’évolution des requêtes que l’on cible pour le site en question.

SEO et pénalités

Les pénalités en référencement SEO

Saviez-vous que votre site pouvait être pénalisé ?

Les pénalités de Google sanctionnent les sites Web qui ne respectent pas ses guidelines et peuvent influer sur les performances d’un site dans les résultats de recherche.

Comme on l’a vu, des robots explorent les sites et Google modifie régulièrement ses algorithmes (Panda, Penguin, Pigeon et Hummingbird) pour proposer les résultats les plus pertinents aux internautes.

Ces pénalités infligées par les nouveaux algorithmes ne sont pas vérifiables, car elles ne sont pas mentionnées directement.

Dans ce cas, il s’agira de vérifier si votre portail web connaît un impact négatif global de ses positions, si votre trafic décroît, et si cette baisse ne correspondrait justement pas à une mise à jour de l’algorithme…

Consultez un professionnel du SEO pourra aussi vous être utile, car toute baisse de trafic n’est pas nécessairement liée à une sanction : cela peut être dû au fait qu’un concurrent a réalisé de gros efforts de son optimisation et obtient beaucoup plus de trafic !

Autre type de pénalité : les pénalités manuelles, effectuées par des employés de chez Google et qui peuvent détecter des tentatives de manipulation ou de suroptimisation (et oui, il faut garder la main légère !)

La première chose à faire est de vous connecter à votre Google Search Console. L’avez-vous bien reliée à votre site ?

Si oui, vérifiez si vous avez reçu des notifications vous mettant en garde…

SEO & recherche vocale

La recherche vocale et le SEO

Faites-vous partie de ces personnes qui parlent à leur téléphone pour lancer une recherche ?

C’est ce que l’on nomme la recherche vocale et vous êtes de plus en plus nombreux à le faire…

Le référencement vocal, ou l’optimisation du référencement naturel lié aux recherches vocales, va devenir crucial.

Voilà la raison pour laquelle l’optimisation de votre site pour la recherche vocale est déjà essentielle.

Puisque la recherche vocale est généralement destinée à aller plus vite, un référenceur devra penser à trouver la question que va se poser l’internaute et concevoir vos contenus avec des réponses simples mais précises.

Et le référencement local, alors ?

Référencement local

Pour offrir une meilleure expérience aux internautes, Google géolocalise ses résultats.

Ainsi, un internaute qui souhaite trouver un mécanicien préférera obtenir des propositions à proximité de l’endroit où il se trouve. Vous avez probablement remarqué que – selon le type de recherche que vous effectuez – les résultats sont souvent situés dans votre région ?

C’est ce que les professionnels du référencement appellent le référencement local, ou les techniques qui permettent aux sites d’être mieux classés dans les résultats locaux.

Bien évidemment, il s’agit d’un fameux gain de visibilité pour les entreprises qui désirent attirer des visiteurs dans leur zone de chalandise.

Pour améliorer son positionnement en local, une série de bonnes pratiques sont à mettre en place : on pensera à inscrire son site dans les bons annuaires (et locaux de préférence), à indiquer sa ville dans les balises <title> et meta description (“coiffeuse à nancy” incitera plus les nancéiens à cliquer que le simple terme “coiffeuse”).

Mais aussi et surtout à travailler au mieux la fiche Google My Business de votre entreprise : le petit plus ? Une présence sur Google Maps aussi. Non négligeable !

A ce stade, vous avez peut-être envie de vous lancer dans l’aventure et de consulter un spécialiste… Mais à qui faire appel ?

Les différents types de référenceurs

Les types de référencement SEO White Hat, Grey Hat, Black Hat

Savez-vous qu’il existe différents types de référenceurs ? White, Grey, Black Hat, ça vous dit quelque chose ?

Non, on n’est pas chez Al Capone…. mais presque pour certains !

1. Le Black Hat

Il s’agit d’un ensemble de techniques interdites et qui vont à l’encontre des règles édictées par les moteurs de recherche…

On citera par exemple les réseaux de sites fictifs, créés uniquement dans le but de rediriger vers le site principal, ou encore le remplissage des mots-clés cachés en arrière-plan.

On peut encore penser au “Cloaking”, qui consiste à présenter une page anodine pour un navigateur web et une page bourrée de mots-clefs aux robots…

Bref, ces techniques sont nombreuses et pourraient s’apparenter, quelque part, à du hacking.

Et quel est le risque ? Il faut savoir que les moteurs de recherche améliorent constamment leurs algorithmes pour détecter les tricheurs (on en a parlé dans les pénalités).

Ces techniques frauduleuses peuvent être réprimandées en mettant votre site sur une liste noire… et désindexer vos pages. Or désindexation signifie invisibilité !

Pour un référencement pérenne, évitez ces pratiques.

2. Le Grey Hat

On se trouve ici dans la zone grise de l’entre-deux, entre le Black Hat et le White Hat.

Les techniques du chapeau gris sont également utilisées pour augmenter un classement dans les moteurs de recherche pour des mots-clés ou des phrases spécifiques.

Elles peuvent inclure des actions considérées comme contraires à l’éthique ou aux directives des moteurs de recherche, mais pas aussi sévères que le chapeau noir.

A quoi pense-t-on par exemple ? A l’achat de liens-retour. Google ne tolère plus l’achat ou la vente de liens

Acheter des liens à partir d’autres pages peut sembler tentant, mais s’il soupçonne que vous utilisez ce procédé, il pourrait bien ne pas les prendre en compte.

Autant le faire le plus discrètement possible !

3. Le White Hat

Vous vous en doutez, celle approuvée par les moteurs de recherche…

Les techniques White Hat font référence aux consultants ou agences web qui suivent les directives à 100% : on pourra citer le fait de proposer du contenu riche, intéressant, détaillé, une bonne expérience utilisateur ou un site chargé rapidement…

Vous pouvez les trouver via ce lien.

Pourquoi le référencement organique prend du temps ?

Référencement SEO et timing

On l’a mentionné : une stratégie de référencement se réalise sur une période plutôt longue et n’aura pas un effet instantané. Le travail réalisé à l’instant “T” n’aura d’impact que plus tard…

L’avantage est qu’une fois le but touché, et pour peu que la création de contenus et de popularité se poursuive, les bons positionnements demeurent souvent fixes. Il faut le voir comme un investissement à long-terme.

Et combien de temps faut-il, au juste ?

C’est là qu’il est très difficile de répondre car il ne s’agit pas d’une science exacte : prévoyez approximativement quelques mois (généralement entre 4 et 6) pour que votre site commence à avoir des résultats…

En réalité, cela dépendra des moyens que vous pouvez y allouer : savez-vous vous occuper vous-même d’une rédaction de vos contenus adéquate ? De votre netlinking ? Avez-vous un responsable web dans votre équipe ? Et surtout : qu’est ce que votre concurrence met en place ?

Un consultant SEO devrait à nouveau pouvoir vous conseiller sur ces points, bien qu’il soit difficile d’être très précis !

Combien coûte le référencement naturel ?

Le coût du référencement naturel

Le secteur est de plus en plus compétitif. Les méthodes y sont désormais sophistiquées et les entreprises ayant découvert l’importance de ce canal d’acquisition en ligne y font de plus en plus appel.

Mais comment se faire une idée des frais ?

Il faut savoir qu’un prestataire sérieux aura tout d’abord besoin de se faire une idée de la situation (voir “Seo On page et Seo off page).

Il vous proposera tout d’abord de réaliser un audit afin de déterminer les faiblesses et les forces de votre site. Cela lui permettra ensuite de chiffrer au plus juste le coût du travail en lui-même.

Généralement (mais pas toujours !), nous nous basons sur le nombre de pages indexées pour déterminer le prix de cet audit. On peut compter globalement les gammes de prix suivantes :

» moins de 1000 pages : 500€ à 2000€

» 1000 à 10 000 pages : 1500 à 5000€

» plus de 10 000 pages : 5000€ à 15 000€

En ce qui concerne l’implémentation (c’est-à-dire la mise en œuvre des recommandations), c’est plus compliqué à prédire….

Une fois encore, si vous disposez déjà de moyens en interne afin de réaliser les actions recommandées, un simple accompagnement de l’agence ou du consultant pourra suffire.

Si par contre vous êtes débutant et n’avez pas les compétences qui vous permettent de faire des choses vous-même, il faudra compter (en moyenne) un minimum de 300€/mois, jusqu’à beaucoup plus…

Cela dépendra des objectifs fixés et de l’investissement que vous voulez y mettre.

Quoi qu’il en soit, méfiez-vous des offres étonnamment alléchantes du point de vue du prix. Si certaines actions sont possibles pour référencer votre site sur Google sans payer, un véritable travail professionnel demande du temps et des outils spécifiques pour le SEO…. souvent assez onéreux.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour un premier examen de la situation et un avis sans engagement !

A qui faire appel pour votre positionnement sur Google ?

Afin de gagner en visibilité sur les moteurs de recherche, vous avez décidé de faire appel à des prestataires spécialisés ? Bonne idée ! Voyons les possibilités qui s’offrent à vous :

1. Le référenceur in-house

Ce terme désigne un référenceur engagé par votre société, autrement dit, un employé.

Ce sont généralement des entreprises de taille conséquente qui recrutent directement un tel profil et qui disposent déjà d’une équipe dédiée avec le domaine du web : web developer, social média manager, chef de projets web, rédacteurs et autres compétences liées au digital marketing.

2. Le consultant freelance / indépendant

Souvent à la tête de TPE ou sous le statut d’auto-entrepreneur, les consultants SEO ont quelquefois des prix plus accessibles pour les petits entrepreneurs et aux indépendants.

Néanmoins, ils doivent souvent faire appel à des prestataires extérieurs pour déléguer certaines tâches telles que la rédaction web, notamment.

3. Les agences web

Les agences regroupent souvent en leur sein plusieurs compétences liées au domaine du web : chef de projet digital, copywriters, graphistes, webdeveloppers, qui leur permet d’offrir des services tout-en-un et de coordonner un projet de A à Z.

Notre petite agence web locale, par exemple, allie les avantages d’une consultante complètement dédiée à votre projet et des compétences transversales que possèdent mes collaborateurs et moi en matière de copywriting, social média et création de sites.

Parce qu’un contact de proximité, cela peut faire la différence.

Qu’est ce que le référencement naturel : conclusion

Les facteurs généraux en référencement naturel

Par rapport à il y a vingt ans, les techniques de référencement organique ont beaucoup évolué : il ne suffit plus d’inscrire votre site sur un maximum d’annuaires pour être bien positionné !

Le SEO est devenu beaucoup plus complexe et vous trouverez via ce lien des astuces supplémentaires pour améliorer le positionnement d’un site sur Google.

Il s’agira d’investiguer, doptimiser les éléments vus précédemment, puis de les suivre régulièrement, dans le but de plaire tant aux moteurs de recherche qu’aux internautes.

De nombreux outils existent, mais l’analyse et l’implémentation nécessitent toujours une expertise humaine.

Quand on sait le canal d’acquisition commerciale qu’est devenu Internet, l’effort n’en vaut-il pas la peine ?

Un coup de main ?

SEO, création de sites, social média ou rédaction web ? N’hésitez pas à demander conseil. Mon équipe et moi sommes à votre disposition pour une consultation sans engagement !

Share This