L’optimisation d’images n’est pas une tâche secondaire qu’on accomplit à la va-vite. Dans cet article, nous vous offrons 6 conseils de pro pour optimiser vos images web et booster son référencement naturel. On y va ?

Optimisation des images : de quoi s’agit-il ?

Optimiser les images d'un site web c'est quoi ?

Saviez-vous que plus de 30% des requêtes internet générées aux USA sont des recherches d’images ? D’après Econsultancy, Google propose des images pour au moins 34% des résultats de recherche.

Ces données chiffrées révèlent qu’optimiser les images de son site web peut considérablement booster le référencement SEO de ce site.

De plus, l’intérêt que portent les internautes pour les images est indéniable. En effet, en plus de donner un ton aux pages internet, les illustrations et les photos les rendent beaucoup plus attractives.

Elles agrémentent le contenu web et laissent une bonne impression aux visiteurs…

Très souvent négligé, le référencement des images est pourtant un atout précieux pour améliorer la visibilité des pages web.

Optimiser ses images “on site” sur WordPress, Wix, Woocommerce ou autre consiste essentiellement à travailler sur certains aspects pour éviter qu’elles n’affectent la performance de la page internet, et exploiter ainsi leur potentiel au service de la visibilité de votre site via le SEO (pour référencement naturel).

Pourquoi optimiser les images de son site web ?

Pourquoi optimiser les images de son site web

Lorsqu’elles sont trop lourdes, les images augmentent le temps de chargement des pages.

En effet, les images lourdes occupent plus d’espace de stockage et nécessitent une importante bande passante pour leur affichage. La taille des images peut donc rallonger le temps de chargement.

Selon un responsable d’Amazon, l’entreprise pourrait subir une perte annuelle de 1,6 milliard si leurs pages web ralentissaient d’une seconde… c’est dire !

Plus la vitesse de chargement de vos pages web sera élevée, sur PC, sur smartphone et sur tablette, plus vos visiteurs seront satisfaits de l’expérience utilisateur (UX, pour les intimes) que vous proposez.

Cela aura l’avantage de  limiter le “taux de rebond” ou “bounce rate”, en anglais (c’est-à-dire le nombre d’internautes qui ont visité une page Web puis quitté le site sans en consulter d’autres). 

Un indicateur important pour les moteurs de recherche, comme vous vous en doutez !

Tout long retard dans les temps de chargement des pages peut entraîner un désintérêt et un départ des visiteurs, comme le montre ce graphique de Google (Source : Recherche Google/SOASTA, 2017)

Stats Google sur le temps de chargement mobile et le taux de rebond

Gardez en tête que la vitesse de chargement des pages web fait partie des critères de classement de Google de votre site dans ses résultats.

Sans compter qu’un site qui met du temps à charger peut négativement impacter négativement le crawl et l’indexation de vos Urls par les robots des moteurs de recherche.

Alors puisqu’il est plus que recommandé d’agrémenter vos contenus textes avec des illustrations, des graphismes et des photos, mieux vaut optimiser chaque image au maximum…

Comment optimiser les images pour le Web ?

Comment optimiser les images de son site web

Venons-en au cœur du sujet : pour améliorer au mieux ses images web, il faut veiller à un certain nombre de détails souvent négligés par les propriétaires de sites ou blogueurs débutants. 

Voici 6 axes à surveiller pour avoir des images web au top.

1. Les dimensions et poids

Les dimansions et le poids des images d'un site web

# La bonne taille

La largeur de vos fichiers image affecte la qualité de leur affichage.

Vos images ne doivent pas occuper plus de place que votre texte. Avant de les charger, mettez-les donc à l’échelle avec des éditeurs d’images (tels que Paint, par exemple).

Cependant, pour un affichage parfait sur ordinateur, smartphone et tablette, la largeur idéale est de 1300 pixels.

# Le bon format

Trois formats d’images sont à privilégier pour le web, chacun étant adapté à des usages particuliers.

Le format JPEG, qui est le standard et le plus léger, est adapté aux images contenant des dégradés et des ombrages comme les photos.

Le format PNG est plus adapté pour les petites images de haute définition telles que les logos, les icônes, les illustrations au fond transparent, etc.

Vous utiliserez le format GIF pour les images animées. Bien que plus lourd, il offre une excellente qualité d’image.

Le format WebP, quant à  lui, est un format d’images propre à Google qui existe depuis 2010, permettant de conserver la qualité de l’image avec une forte réduction de poids.

Aujourd’hui, les navigateurs Web tels que Google Chrome, Opera, Microsoft Edge ou Mozilla Firefox prennent en charge WebP.

N’hésitez donc pas à vous en servir et utilisez un plugin d’optimisation d’image pour convertir les images en WebP lorsqu’elles sont affichées sur votre site Web. Pour WordPress, vous trouverez une liste ici)

# Réduire le poids de vos images

Les images de grande qualité ont plus de pixels et sont plus lourdes, cela va de soi.

Pour faciliter la navigation mobile, il faudra les compresser, c’est-à-dire réduire leur poids. Choisissez la taille optimale en fonction de la façon dont vous utilisez l’image :

» Pour les bannières ou les images d’en-tête, une taille de fichier jusqu’à 60 Ko est acceptable.

» Pour les photographies pro, essayez de les maintenir à moins de 100 Ko au maximum.

Comment réduire le poids d’une image ?

Pour réduire une image sans trop de perte de qualité, utilisez des logiciels pour les alléger tels que Photoshop ou des applications comme ImageOptim, JPEGmini, iLoveIMG, TinyPNG, ou encore GIMP (une version opensource de Photoshop). 

2. Nommer correctement vos images

Comment nommer les images de son site web

Parce que les robots de crawling ne savent décoder que des contenus de type texte, vos images ne réaliseront de bonnes performances SEO que si vous veillez aux aspects suivants :

# Le nom du fichier

Ne chargez plus un fichier image sans le renommer, car les noms par défaut pénalisent le référencement. Renommez chaque image en ajoutant à “nom” le mot-clé principal, et au besoin, un mot-clé secondaire.

Utilisez des lettres, des chiffres et des traits d’union (pas de underscore), pour entre 8 à 16 caractères en moyenne.

Celle-ci sera alors mieux comprise et indexée par les robots d’indexation, avec, à la clé, un affichage dans Google Images… 

# Les attributs ALT ou la balise ALT

Destiné à fournir des renseignements supplémentaires sur les images, l’attribut ALT est métadonnée d’Alternative Textuelle.

Il doit – idéalement – contenir le mot-clé principal. En fait, c’est un contenu descriptif du contenu de l’image pour, notamment, les malvoyants.

L’intérêt est qu’il joue un grand rôle en matière de SEO : il aide Google à mieux cerner le contenu de l’image et à améliorer sa compréhension sémantique de votre page internet. 

De même, lorsque le chargement des images devient impossible, c’est l’attribut ALT de l’image qui s’affichera. L’internaute peut donc avoir une idée de ce que contient l’image qui ne s’est pas affichée. 

On n’oublie surtout pas de le remplir, et en voici quelques exemples à suivre… ou à ne pas !  

» Mauvais (manquant) : pas de balise Alt

» Mauvais (bourrage de mots clés) : < img src=”maison.jpg” alt=”maison domicile demeure foyer logis”/>

» Bien : < img src=”maison.jpg” alt=”maison”/>

» Top: < img src=”maison.jpg” alt=”maison dans les champs de blé”/>

# La légende

La légende d’une image précise le contexte dans lequel elle se situe. Les légendes optimisent l’expérience utilisateur.

Ajoutez-en à vos images dès que cela est pertinent (si vos images n’ont pas uniquement un rôle esthétique, mais décrivent bel et bien quelque chose : un graphique, une illustration de vos propos, etc)

3. Les sitemaps image

Les sitemaps pour optimiser les images de son site web

Puisque Google propose des supports pour les images, pensez à mettre en place un sitemap pour les images de votre site.

En plus d’aider les robots crawlers à comprendre la hiérarchie entre vos images, la création de sitemaps pour les images leur permet de faire correspondre chaque image avec le contenu textuel correspondant.

Faites valider vos sitemaps par le biais du compte Google Search Console lié à votre domaine. 

4. Utiliser une image en lien avec le contenu

Utiliser une image web en lien avec votre contenu

Pour vos internautes, mais aussi pour les robots d’indexation, chaque image ajoutée doit être en rapport avec le contenu textuel qui lui est le plus proche. 

Entretenir une telle cohérence entre les éléments contenus sur votre page impactera – positivement – son référencement (de manière relative, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières !)

5. Penser à l’expérience utilisateur

Optimisation des images de son site web via l'UX

Vous voulez voir vos images apparaître dans les recherches effectuées sur Google Images ? 

Adoptez une approche orientée vers le lecteur et son confort de lecture. Cherchez à lui offrir la meilleure expérience possible pour qu’il reste sur votre page web (pour Google, c’est ultra important !)

Placez vos images à des emplacements stratégiques et assurez-vous que vos images sont optimisées pour s’afficher sur smartphone, sur tablette comme sur ordinateur. 

Rien de plus ennuyeux qu’une image illisible sur mobile, n’est-ce pas ? Astuce : optez alors plutôt pour un format d’images carré au sein de votre contenu, qui s’affichera de manière entièrement responsive sur ces appareils.

6. Plugins WP et outils pour l’optimisation d’images web

Plugins et outils pour l'optimisation des images d'un site web

Pour optimiser les images de son site web facilement et sans perdre du temps, certains outils et plugins peuvent se révéler très utiles.

Il s’agit par exemple de :

» Ewww Image Optimizer : une extension freemium qui traite les principaux formats d’images : JPG, PNG, GIF, et WebP

» Imagify :  une extension massivement téléchargée pour compresser des images sur WordPress. Freemium avec plusieurs modes de compression (quota mensuel gratuit de 25 Mo d’images à compresser)

» Optimiseur d’image Kraken : plugin WP freemium (accès à un 100Mo gratuit, puis payant) 

» ShortPixel : le plan gratuit de ShortPixel vous donne la possibilité de compresser jusqu’à 100 images par mois. Si vous disposez d’un grand nombre d’images sur votre site, pensez à passer à l’un de leurs plans premium.

» ReSmush.it : plugin qui permet d’optimiser et compresser ses photos sans perte, gratuit et sans limite d’utilisation

Et une foule d’autres encore, que vous trouverez facilement en tapant votre recherche dans votre moteur favori.

Vous êtes sur WordPress et désirez connaître d’autres plugins SEO recommandés ? Lisez l’article en lien sur les top plugins SEO pour WP

Les erreurs à éviter pour le référencement web de vos images

Les erreurs à éviter pour le référencement web de vos images

Optimiser les images de son site web peut être une tâche fastidieuse. Voici une petite liste des erreurs les plus fréquemment commises. En voici quelques-unes :

» La confusion entre le titre de l’image et l’attribut Alt et le fait de ne pas les nommer comme il faut

» La compression excessive des images, ce qui affecte leur qualité 

» Un mauvais redimensionnement qui rend les images trop petites

» Des images mal configurées pour les appareils mobiles, on en a parlé. Et hop, on déçoit les visiteurs, qui quittent votre site. Dommage !

Bonus : Où trouver des images libres de droits ?

S’il est important d’illustrer vos contenus textuels, il faut éviter de le faire avec des images protégées par des droits d’auteur.

Pour ceux qui ne veulent pas prendre des photos eux-mêmes, sachez qu’il existe plusieurs banques d’images libres de droits.

Quelques sites pour en télécharger :

» Pixabay

» Unsplash

» Canva

» Pexels

» Visualhunt

» Picjumbo

Vous en connaissez d’autres ? N’hésitez pas à laisser vos idées dans la zone de commentaires en bas de page !

Conclusion

Les visuels ne jouent plus uniquement le rôle graphique ou esthétique sur les pages web. 

Elles influencent également le référencement naturel de votre site web. En tant que tel, optimiser les fichiers images de son site web avant chaque publication doit devenir un réflexe.

Au départ, cela peut vous sembler chronophage… mais avec la pratique, vous allez acquérir des automatismes dans ce sens.

Et de temps à autre, pensez à évaluer le résultat de vos efforts en analysant vos performances SEO grâce à la Search Console de Google.

Elle vous rendra de grands services en matière de digital marketing !

Un coup de main ?

SEO, création de sites, social média ou rédaction web ? N’hésitez pas à demander conseil. Mon équipe et moi sommes à votre disposition pour une consultation sans engagement !

Share This